Message aux amateurs d'Extasea #12 - Terre en vue à moins de 1000 miles

Message aux amateurs d'Extasea #12 - Terre en vue à moins de 1000 miles

Deuxième étape : dernière ligne droite ...

A un peu plus de la moitié du parcours de la deuxième étape de la Mini-Transat, Martin poursuit sa route et semble tout à fait à l'aise dans sa foulée ! Son rang se maintient en 37e place dans ce 14e jour de course,  il est régulier dans son classement.

Capture d’écran 2017-11-13 à 21.22.11.png

Confiant à bord d’ExtaSea , il a pris une bonne option au nord afin de trouver plus de pression et donc de vent !

L'alizé devient un peu plus perturbé et plus actif accompagné de plus de grains. Les conditions sont correctes, avec de l'air, de la pluie et une mer relativement chaudes.  Si Martin continue à ce rythme (175 miles par 24 heures), on peut compter sur une arrivée vers le 19 ou le 20 novembre au Marin en Martinique !

N’ayant toujours pas de nouvelles particulières ni des bateaux accompagnateurs, ni des organisateurs de la Mini-Transat, on peut supposer que tout va bien pour lui, qu’il est heureux au milieu de l’océan.

Vivement les nouvelles en direct à l’arrivée !  

Capture d’écran 2017-11-13 à 22.46.03.png
Capture d’écran 2017-11-13 à 22.47.12.png

 

Témoignage de Denis Van Weynbergh (Ministe belge - Edition 2001)

Que peux-tu nous dire de la situation de Martin aujourd'hui?

Après 14 jours de mer, Martin est à moins de 1000 miles de l'arrivée. C'est une barrière "nautique" et "psychologique" importante qu'il vient de franchir. En général, c'est un objectif que l'on se fixe. Une fois qu'on est passé en dessous de cette distance, on sait qu'on se rapproche rapidement et que le but est à portée de voile. En effet, après les miles défilent: les 500 puis les 100 arrivent vite. C'est la première étape des 3 dernières de la course ! Je me rappelle que pour moi cela avait été un soulagement. On se sent beaucoup moins "au milieu de nulle part". On sait que même si on démâte ou que l'on a un problème technique, il ne restera que 10 voire 12 jours de navigation pour arriver à la destination finale. On peut même commencer à voir des oiseaux, revoir des bateaux c'est très agréable après autant de jours en haute mer ! Ce sont les meilleurs moments qui arrivent. En revanche au niveau communication, la distance de Martin avec les autres est lointaine, il n'est, selon moi, pas à portée de la radio VHF. J'espère qu'il ne souffre pas trop de la solitude et que sa dernière discussion ne date pas du Cap Vert.  

Parle-nous de ton expérience de la MiniTransat ?

J'ai effectué la MiniTransat en 2001. A l'époque, la deuxième étape partait des Canaries pour arriver, non pas au Marin en Martinique, mais à Salvador de Bahia au Brésil. J'avais mis 21 jours pour traverser l'Atlantique et, dans mon souvenir, je faisais 5-6 nœuds de moyenne.  Le passage de l'Equateur est mon meilleur souvenir! J'avais retrouvé un autre Ministe à ce moment-là et nous nous étions offert de petits "cadeaux" : une bière contre une orange ! Tout au long de la Mini, nous étions quatre bateaux à naviguer au même rythme. Seize ans plus tard, nous sommes toujours copains ! On figure même dans le livre qui retrace les 40 ans de la MiniTransat. C'est vraiment un souvenir unique !

Capture d’écran 2017-11-13 à 22.48.11.png
Capture d’écran 2017-11-13 à 22.48.54.png
Message aux amateurs d'ExtaSea #13 - Arrivée au Marin, tout est allé très vite...

Message aux amateurs d'ExtaSea #13 - Arrivée au Marin, tout est allé très vite...

Message aux amateurs d'Extasea #11 - Une deuxième étape bien commencée

Message aux amateurs d'Extasea #11 - Une deuxième étape bien commencée

0