Message aux amateurs d'ExtaSea #4

Message aux amateurs d'ExtaSea #4

[DEBUT DU MESSAGE]  « Si vous avez passé ces derniers jours à analyser le résultat des élections présidentielles françaises, voici ce que vous avez raté à propos du projet ExtaSea : une formation dodo, une régate avec le Général, ma dernière course en double, la clôture du crowdfunding, un article dans La Capitale, la fonction du rentreur, l’interview de Ian Lipinski»

[FORMATION] Saviez-vous que le facteur limitant dans une performance sportive de longue durée est le cerveau, et non les muscles ?  Dans ce cadre, Lorient Grand Large dispensait une formation sur la gestion du sommeil, indispensable lors d’une préparation de traversée de l’Atlantique en solitaire.  Rémy Hurdiel (Ph.D) de l’Unité de Recherche Pluridisciplinaire Sport à Dunkerque nous livrait ses secrets pour optimiser notre sommeil, sans oreiller, dans une boîte à sardines…

[COURSE]  Pour affuter votre stratégie de course et, huiler vos procédures de départ, je vous recommande de participer au Spi Ouest France en baie de Quiberon et de régater parmi les 400 bateaux représentant près de 2.400 compétiteurs.  Il y a une semaine, je me suis livré à l’exercice en tant qu’invité à bord du Général Tapioca, un magnifique HalfTon construit en 1978 en bois moulé.  Philippe Pilate mène ce voilier chargé d’histoire de main de maître depuis plus de trente ans.  Pour cette 39ième édition le Général avait à son bord Laurent Vancutsem, Ferdinand Janssens, Charles-Edouard Poncelet, Jay Thompson, Philippe Pilate et moi même.  Après 4 jours de course fort disputés Général Tapioca tient haut et fort sa réputation en terminant 5ième (4ième ex æquo sur 26 classés) dans sa catégorie (IRC4).  Et l’avitaillement minutieux de Laurent (vainqueur de la Mini-Transat 1993) n’y est pas pour rien.  Extasiant !

[COURSE bis] La première course de la saison, la Lorient Bretagne Sud Mini, était peut-être aussi ma dernière course en double…  Qui sait ce que réserve l’avenir à ExtaSea ?  Pour l’occasion, John Roels (ami et co-skipper) montait à bord.  Son expérience des courants nous a permis de rattraper quelques erreurs commises en début de course.  L’excellente entente et l’esprit de compétition nous a finalement permis de laisser plus de la moitié de la flotte derrière nous.  Au final nous coupons la ligne en 16ième position (sur 37 classés) de cette course qui se jouait à domicile.  Il faudra attendre la prochaine régate pour dresser un bilan de performance, car l’épreuve se courait en double dans des conditions de vent très aléatoires.  Rendez-vous lors de la Mini en Mai le mardi 9 mai prochain. Retrouvez également une interview du vainqueur de la LBSM en prototype, Ian Lipinski sur ce site.

[CROWDFUNDING]  Mes mains tremblaient, quand il y a 60 jours (le lendemain de ma soirée de lancement) je validais mon projet de crowdfunding en ligne, ne sachant pas si je récolterais suffisamment de dons pour mener à bien cette campagne ambitieuse.  Aujourd’hui grâce aux nombreux donateurs l’objectif est plus qu’atteint car nous avons dépassé le deuxième pallier (fixé à 15.000 euros) et récolté finalement 15.234 euros (-8% de frais de gestion).  Grâce à ce montant je vais pouvoir financer : les frais d'inscription à la Mini-Transat (2.100 euros), le matériel de sécurité et les stages de survie (3.000 euros), le retour du bateau par cargo (5.000 euros), les frais de port et de grutage (2.000 euros par an), mais aussi… une nouvelle voile (à suivre) !  Les donateurs recevront leurs contreparties par la poste dans les semaines à venir. Merci pour votre soutien et bienvenue à bord.

[MEDIA] Le crowdfunding du petit bruxellois que je suis, a même retenu l’attention du journal La Capitale.  Le quotidien bruxellois publiait un article relatant le projet ainsi que la campagne de soutien.  Vous n’êtes pas bruxellois ou l’article vous a échappé ? Retrouvez-le sur mon site.

[QUESTION DE LA SEMAINE] Plus qu’une question, c’est la remarque que chaque visiteur fait à la vue des nombreux réglages que possède le bateau.  En effet, le Mini 6.50 est un bateau de course qui possède une multitude de points permettant principalement d’ajuster la tension dans les voiles (entre autres).  Le réglage le plus connu est l’écoute de foc,  le cordage permettant de figer la voile d’avant depuis un point de tire pour éviter qu’elle ne batte comme un drapeau dans le vent.  Mais, sur un bateau de course, ce point de tire peut lui-même être déplacé de haut en bas, de droite à gauche et d’avant en arrière avec respectivement le rentreur, l’écarteur et l’altitude.  Ce faisant, il est possible de creuser plus ou moins la voile, de la vriller (comme une hélice) voir de déplacer le creux de la voile.  La combinaison de ces variables offre un nombre infini de possibilités de profils.  A ce cela s’ajoute les réglages de mât ou des safrans.  Ce qui rend la chose nettement plus complexe que sur un voilier de plaisance où l’on utilise principalement deux paires écoutes (pour la grand-voile et le foc) pour régler les voiles.  Tout l’art est de trouver le bon réglage dans des conditions de vent données pour atteindre la vitesse maximale du bateau. Et à ce petit jeu mes amis bretons sont très forts.  Mais attention, je progresse à grands pas ;)

IMG_1227.PNG

[FIN DE MESSAGE]  Si vous avez des questions ou des idées originales, n’hésitez pas à me contacter.  Pour discuter partenariat, sonnez à la même porte.  Si vous aimez, PARTAGEZ !

Message aux amateurs d'ExtaSea #5

Message aux amateurs d'ExtaSea #5

Message aux amateurs d'ExtaSea #3

Message aux amateurs d'ExtaSea #3

0