Message aux amateurs d'ExtaSea #6

Message aux amateurs d'ExtaSea #6

[DEBUT DU MESSAGE]  Si vous avez suivi, épisode après épisode, l’affaire du Samusocial qui secoue actuellement la capitale belge, voici ce que vous avez raté à propos du dossier ExtaSea :

[PARTENARIATS]  Enaviga, la plateforme de location de voilier en ligne, est le 8ième partenaire à monter à bord pour une traversée de l’Atlantique sur l’ExtaSea.  Grâce à sa plateforme web innovante, louer un bateau devient un jeu d’enfant.  Je vous invite à aller jeter un coup d’œil sur www.enaviga.com.  D’autres surprises suivront pour les assidus.

 Enaviga.com réservation de voiliers en ligne

Enaviga.com réservation de voiliers en ligne

[ACTU MINI-TRANSAT]  Dans moins de deux mois, ce sera le grand départ. L’aboutissement d’un projet qui aura demandé  plus de 18 mois de préparation.  Pour ceux qui souhaitent assister aux festivités de départ et d’arrivée, voici les trois moments forts à mettre dans votre agenda : (1) Départ de la première étape à La Rochelle le dimanche 1er octobre (2) Départ de la deuxième étape à Las Palmas en Espagne le mercredi 1er novembre (3) Arrivée des premiers à Le Marin en Martinique à partir du mardi 14 novembre.  Difficile d’estimer la date de mon arrivée mais cela devrait être quelques jours plus tard… si tout va bien ! Toutes les infos course sur www.minitransat.fr

[FORMATION] « Une onde d’est peut fortement altérer le courant des alizées et gêner la progression des Minis650 en route pour la Martinique.  Ce phénomène météo, constitué d’une zone orageuse, est à éviter à tout prix. »  Voilà, entre autres, ce que nous apprenait Christian Dumard lors d’une formation road book en vue de la Mini-Transat.  Christian Dumard est routeur météorologue et conseille la direction de course du Vendée Globe ainsi que d’autres écuries de courses au large.

[PRESSE] Dans vos kiosques actuellement, Yachting Sud, consacre dans son édition estivale trois pages à mon aventure.  Ce n’est pas tous les jours qu’un Belge prend le départ de la Mini-Transat, alors cela valait bien une interview dans la plus ancienne revue d’Europe spécialisée en Yachting.  Retrouvez ici l’article consacré à ExtaSea.

[SANTE] Pas d’aide extérieure durant la Mini-Transat.  En cas de bobos il faudra donc se soigner seul.  Pour les blessures plus sérieuses un avis médical est autorisé, encore faut-il pouvoir entrer en contact avec l’extérieur…  Mieux vaut donc préparer une bonne pharmacie de bord.  C’est chose faite avec l’aide du Docteur Jean-Marc Le Gac, médecin urgentiste, conseiller des coureurs transocéanique (comme Eric Bellion) et fondateur de MedXTreme, regroupant des professionnels de la santé passionnés de sport.  J’ai également subi un examen médical approfondi sous la supervision du Docteur Pierre Déome, mon médecin traitant.  Test d’effort, échographie du cœur, bilan sanguin, me voilà bon pour le service !

IMG_1599.jpg

[COURSE] Le Trophée Marie Agnès Peron (VIDEO) est maintenant derrière le dos et c’est la Transgascogne qui approche.  La course qui partira des Sables d’Olonne et ralliera le port de Aviles en Asturie sur la côte nord de l’Espagne.  Une course en deux étapes donc avec un retour aux Sables.  Toutes les infos à propos de la course par ICI.

[CROWDFUNDING]  Les supporters ayant participé au financement participatif ont récemment reçu leurs contreparties avec, en supplément, le récit « Une Course Vers Soi ».  Certains colis sont partis très loin jusqu’à Bogota en Colombie en passant par Londres, Madrid et Paris.  C’est fantastique de savoir que la distance n’est pas un frein pour le partage de cette aventure.

[INTERVIEW]  « Ça a été très dur mentalement » c’est qu’a dit Justine Mettraux à propos de la Mini-Transat 2013 lors d’une interview adressée aux amateurs d'ExtaSea.  Justine a fait le tour du monde en participant à la Volvo Ocean Race.  Depuis plusieurs années elle évolue sur le circuit Figaro (championnat de France élite de course au large en solitaire) dont elle termine 7ième de la dernière édition.  Elle participera prochainement à la Transat Jacques Vabre, une transatlantique en double, sur le Class 40 TeamWork.

[QUESTION DE LA SEMAINE] « Les conditions de communication étant strictes et très restreintes dans la Mini Transat (pas de téléphone portable, ni téléphone satellite Iridium par exemple), comment fais-tu pour prévenir les secours en cas de détresse? »  Tous les bateaux doivent-être équipés d’une balise satellite "EPIRB" (Emergency Position Indicating Radio Beacon). Déclenchée manuellement, cette balise émet un signal radio contenant l’identité du bateau (taille, type, personnes à bord…) ainsi que sa position au centre de coordination le plus proche.  Les secours s’organisent ensuite à partir de ce signal. En plus de cette balise, j'en possède une autre à bord, que l'on nomme de détresse personnelle "PLB" (Personal Location Beacon). Elle fonctionne sur le même principe mais elle est plus petite et se glisse facilement dans une poche de ciré. De manière générale, les premiers sauveteurs sont les autres compétiteurs car nous naviguons tous dans la même zone et sommes en contacts radio VHF réguliers.  C'est cela qui explique d'ailleurs probablement pourquoi il existe au sein de la Classe Mini une solidarité exemplaire !

 Départ du Trophée MAP (juillet 2018)

Départ du Trophée MAP (juillet 2018)

Message aux amateurs d'ExtaSea #7

Message aux amateurs d'ExtaSea #7

Message aux amateurs d'ExtaSea #5

Message aux amateurs d'ExtaSea #5

0