Message aux amateurs d'ExtaSea #8 - INTERVIEW

Message aux amateurs d'ExtaSea #8 - INTERVIEW

A quelques jours du départ, on retrouve Martin dans son Mini, amarré au Bassin des Chalutiers à La Rochelle, d'où il partira avec les 81 autres compétiteurs de l’édition 2017 de la MiniTransat.

Depuis que tu es arrivé à la Rochelle, il y a maintenant une dizaine de jours, quel est ton quotidien avant le grand départ ?

Tous les jours, je vais sur Extasea ! Vous n’imaginez pas le nombre de détails qu'il faut régler avant le départ. Hier par exemple, je montais en haut de mon mat pour fixer une antenne externe qui me permettra de mieux recevoir les bulletins météo diffusés à la radio BLU. Par mesure de précaution, j’en ai même accroché deux car l’an dernier pendant la course Les Sables-Les Açores-Les Sables, j’avais eu une très mauvaise réception et je ne veux absolument pas renouveler cette expérience! Se retrouver sans information météo et sans les informations de course, c’était un peu angoissant...!

Une autre partie de mes journées est consacrée aux contrôles du bateau et du matériel. Depuis la création de la MiniTransat en 1977, ces contrôles ne cessent d’être plus poussés et plus nombreux.

J’ai eu le contrôle du bidon de survie (que j’emporte si je dois abandonner le bateau), le contrôle des cartes (une quinzaine de cartes papier sont exigées à bord), le contrôle de l’ancre (poids et longueur de chaîne), les contrôles de jauges (structure du bateau), le contrôle des voiles (nombre, matière et coupe), et le contrôle de la pharmacie de bord. Pour la pharmacie, l’organisation nous demande une longue liste de médicaments. Tous les ministes doivent, par exemple, avoir de la morphine ou encore des médicaments post-infarctus, des kits dentaires, etc…

J’ai également eu à passer le contrôle le plus important, et qui parfois peut prendre le plus de temps, c’est le contrôle de l’équipement de sécurité. Un contrôleur de la Fédération Française de Voile monte à bord et passe au peigne fin tout le matériel nécessaire et obligatoire (fumigènes, extincteur, feux de secours, sextant, radeau de survie…). Ça a été le dernier contrôle pour ma part. Je suis content et soulagé car tout est passé nickel dès le premier passage!

J’ai enfin arboré le pavillon de courtoisie français, mais surtout… le belge évidemment ! Je suis très fier de porter les couleurs de mon pays pour cette traversée et d’être le seul Belge de cette édition de la MiniTransat ! J’emporte également le pavillon espagnol pour l’escale aux Canaries.

Concernant ma préparation physique et mentale, je me balade pas mal à pied et en vélo afin de dégourdir mes jambes. J’évite en revanche la course à pieds car j'ai eu une entorse il y a quelques semaines… Pour l'esprit, la méditation m’aide à décompresser, à prendre du recul et à me détendre afin de me concentrer sur mon objectif : terminer cette course!

Parle-nous un peu de la première étape, La Rochelle => Las Palmas, et de ta dernière sortie en mer avant le Jour J !

Le trajet La Rochelle-Las Palmas s’apparente au départ à celui de la Transgascogne que j’ai effectuée en août dernier. Evidemment, il se poursuit au-delà et est donc bien plus long. A ce jour, les routages estiment une durée de 10 jours minimum. Il faut traverser le golfe de Gascogne vent de face, passer le Cap Finisterre en Espagne avec beaucoup de vent, descendre au large du Portugal au vent portant, pour se rendre dans les couloirs venteux des îles volcaniques des Canaries, au large du Maroc.

Ce week-end nous avons fait une sortie exhibitoire, un « prologue ».  Cette dernière sortie en mer permet de faire les derniers tests et réglages en mer. Elle m’a bien servie car j’ai décelé une panne sur le pilote automatique.  Ce dernier étant vital pour prendre le départ, les dernières 24 heures ont été quelque peu stressantes.  Heureusement, avec l’aide d’un technicien spécialisé, j’ai pu résoudre le problème.  

Mes journées sont donc bien chargées et pas une minute ne passe sans une chose à faire. Cet après-midi, c’est le briefing de la première étape.  Le moral est au top,  j’ai hâte de prendre le large pour me rendre en Espagne !

 Contrôleurs de la FFV à bord du Mini 895 "Emile Henry"

Contrôleurs de la FFV à bord du Mini 895 "Emile Henry"

 Sceau de la Classe Mini et du Comité de Course Mini-Transat 2017 sur mes voiles (neuves).

Sceau de la Classe Mini et du Comité de Course Mini-Transat 2017 sur mes voiles (neuves).

 Contenu de mon "bidon de survie".

Contenu de mon "bidon de survie".

 Préparation de l'ancre en vue du contrôle (poids et longueur).

Préparation de l'ancre en vue du contrôle (poids et longueur).

 Le Bassin des Chalutiers à La Rochelle

Le Bassin des Chalutiers à La Rochelle

Message aux amateurs d'Extasea #9 - LE DEPART

Message aux amateurs d'Extasea #9 - LE DEPART

Drink de départ (album)

Drink de départ (album)

0